Le Sénégal fête ses 60 années depuis l’indépendance.

Joyeuse fête au Sénégal. 60 ans déjà! Mais non! Le Sénégal n’a pas 60 ans, il est riche d’une histoire vieille de quelques millénaires. On estime à 350.000 ans l’apparition des premiers hommes sur ce territoire dont le Moyen âge s’inscrit également dans l’histoire des grands empires africains tels que celui du Ghana, du Mali ou encore de Gao.

Les peuples fondent leurs premiers royaumes à partir du VIIème siècle: Tékrour, puis Djolof, Baol, Sine, Saloum, Cayor, Ndiambour, Waalo, Fouta Tooro, Bambouk, Kaabou, Fouladou. Chaque royaume présente ses particularités propres (gastronomie, dialecte, traditions, etc.)

La conquête coloniale débute en 1442 lorsque le navigateur vénitien Cadamosto  découvre les terres pour le compte du Portugal. Au XVIIe siècle, on assite à la création de comptoirs hollandais puis français. En 1902, Dakar devient la capitale de l’Afrique Occidentale Française (AOF). En 1959, le Sénégal et le Mali fusionnent pour former la fédération du Mali, qui acquiert son indépendance le 20 juin 1960.

Le Sénégal célèbre son indépendance le 4 avril. Quatre présidents se sont succédés depuis:

  • 1960 – 1980: Léopol Sédar Senghor
  • 1980 – 2000: Abdou Diouf
  • 2000 – 2012: Abdoulaye Wade
  • 2012 – 2020: Macky Sall

Esprit Sud vous partage quelques extraits du premier discours de Léopold Sédar Senghor, présenté le 6 septembre 1960. Il y prône l’unité africaine, l’égalité entre les peuples, la non-violence, le patriotisme.

« Sénégalais, Sénégalais. Depuis quinze ans, je vous ai souvent mis en garde contre une certaine maladie, inoculée par le colonialisme et que j’appelais la sénégalité. C’était un complexe de supériorité. Votre rôle n’était pas, n’est pas de conduire, mais d’éclairer. Il n’est pas d’entrer dans la course au leadership ; il est d’unir dans l’égalité, qui est la condition sine qua non de la coopération. C’est pourquoi l’affirmation de la personnalité, que dis-je ? l’indépendance sénégalaise est une nécessité africaine ».

« Que l’on ne s’y trompe pas, les Sénégalais sont, certes, un peuple policé qui répugne à la haine et à la violence gratuite. Nous venons de le prouver, nous étant libéré sans verser une seule goutte de sang ni contre la France ni contre le Soudan. Jamais, nous ne nous livrerons à une agression. Mais, puisqu’on menace d’envahir nos frontières ou de provoquer une subversion intérieure, c’est bon qu’on le sache en Afrique et hors d’Afrique : on ne prendra pas le Sénégal sans en avoir fait, auparavant, un vaste cimetière sous le soleil. Au premier signe de l’agression, tout le pays sera debout et sous les armes. On peut, peut-être, supprimer le Sénégal de la carte politique de l’Afrique ; on ne supprimera pas l’honneur de notre nom ».


Appelé pays de la Téranga (hospitalité), le Sénégal est l’un des pays les plus stables du continent africain.

NKD
Esprit Sud Magazine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *